rechercher

Accueil / Espace médias / Actualités

A-AA+

Actualités

Bookmark and Share
Retour à la liste des actualités
Peugeot PSA Tunisie : les recettes records de 2018

Peugeot PSA Tunisie : les recettes records de 2018

Mardi 29-01-2019

M Abderrahim Zouari, vice-président du concessionnaire officiel Peugeot et Opel en Tunisie, Stafim a tenu, ce mardi 29 janvier 2019 au showroom de Stafim Peugeot aux Berges du Lac, un point de presse consacré à présenter le montant des revenus des achats du groupe PSA (groupe Peugeot Citroën) en Tunisie.

Etaient présents également à cet événement, M. Abdelbasset GHANMI, nouveau Directeur Général de l’Agence de Promotion de l’Investissement Extérieur (FIPA-TUNISIA), M. Mohamed Rouis, Directeur Général de Leoni Tunisie, fournisseur principal du groupe PSA en câbles et systèmes de câblage, M. Nabhen Bouchâala, Président de l’association des professionnels du secteur des composants automobiles en Tunisie « Automotive Association », ainsi que le représentant du ministère de l’Industrie et des PME.

C’est un chiffre record selon M. Zouari : 464 millions d’euros de chiffres d’affaires (CA) réalisés par PSA Tunisie en 2018, soit près de 1,750 milliards de dinars.

De son côté, le Directeur Général de FIPA-TUNISIA, M. Abdelbasset Ghanmi, a souligné que les chiffres de PSA constituent une marque de confiance envoyée par le groupe français. Il a également mis en exergue la compétitivité des entreprises tunisiennes dans le secteur de la fabrication des pièces automobiles
« Depuis 2015, FIPA-TUNISIA et PSA ont uni leurs forces afin d’atteindre une telle performance. Nous espérons pouvoir développer ces bons chiffres afin de créer de nouveaux emplois destinés, notamment, à une main d’oeuvre spécialisée »

D’un autre côté, le DG de FIPA-TUNISIA a indiqué que l’agence travaille en étroite collaboration avec le secteur privé.
« Nous allons prochainement accueillir un nouveau constructeur automobile en Tunisie, et ce dès que les conditions nécessaires seront réunies. Le secteur présente, en effet, des difficultés, notamment sur le plan logistique et au niveau des infrastructures. Nous devons, dans ce contexte, soutenir la compétitivité de nos entreprises qui œuvrent, rappelons-le, dans un environnement international très concurrentiel. Le gouvernement travaille justement sur ces points avec le secteur privé ».